DimaDimaRaja DimaDimaRaja

Shoutbox "DimaDimaRaja.Com"

Seuls les membres ayant un certain nombre de messages peuvent visualiser et participer à la shoutbox. Plus d'infos ici

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Messages - greenheart

Pages: [1] 2 3
1
Liga / Re : FC Barcelona
« le: 24 mai 2016 à 02:52 »

2
 ILA KANT BAQIA FIK CHWIA DIAL ROJOLA  SIR F7ALK MEN RAJA  :( :mad

3
Le site DDR.Com / Re : Condoléances
« le: 10 juillet 2015 à 02:39 »
إنا لله وإنا إليه راجعون


Allah ir7amha wi j3alha mn Ahl al janna Ya rab

4
Copa del mundo rah 9riba  :bndr  Vamos

5
Ex-Joueurs rajaouis / Re : Mohcine IAJOUR / محسن ياجور
« le: 22 décembre 2013 à 09:51 »
Ka ntfeker wa7d passe na9ss kan ghadi i3tti l face à face  :a12

6

CDM des clubs: Raja Casablanca - Atletico Mineiro   Imprimer
Mardi, 17 Décembre 2013

L'Atletico Mineiro qui s'apprête à disputer la demi-finale du mondial des clubs contre le Raja Casablanca, part favori. Mais il devra se méfier d'une formation redoutable à domicile.
 
Ronaldinho et ses co-équipiers se heurteront à une équipe qui a la gnac. Invités de la compétition en tant que représentants du pays hôte, les Verts et Blancs créent la surprise en s'imposant d'abord en barrage contre Auckland City (victoire 2-1), puis en quart de finale contre Monterrey (victoire 2-1). Si les prestations des hommes de Benzerti surprennent c'est avant tout parce que le club baignait dans l'incertitude en ce début de saison. Le classement au huitième rang du championnat, le scandale de l'affaire Erbate, et le limogeage de Fakher sont autant de raisons qui poussaient à croire que le Raja n'irait pas loin. Mais c'est sans compter sur des joueurs combatifs, aux reins solides, et au mental d'acier, qui trouvent leur ressource dans un public fidèle et solidaire.
 
Attention à la surchauffe!
Il s'agira du troisième match des casablancais en moins d'une semaine. Les deux derniers furent éprouvants, les joueurs se sont beaucoup donnés. Ils ont bataillé dur pour ouvrir le score, avant de se faire rejoindre. Ils ont dû redoubler d'efforts pour reprendre l'avantage, et notamment contre Monterrey où les deux équipes étaient passées aux prolongations.
 
Rien à perdre
Comme le souligne Mohcine Metouali lors d'une interview accordé à la FIFA, le Raja n'a rien à perdre. L'objectif de départ, à savoir passer le tour préliminaire, a été atteint. Le reste n'est que du bonus, et c'est une bonne chose pour les joueurs qui ne sentiront pas la pression leur peser sur les épaules. Ce qui n'est pas le cas de l'Atletico Mineiro. Le club brésilien s'est fixé le challenge de remporter le tournoi, ou au minimum d'atteindre la finale.
 
Place au spectacle
Ce qui est sûr, c'est que le public va se régaler. Adeptes d'un jeu offensif à passes courtes, les deux équipes ont un style qui se ressemble, et qui promet des étincelles. Les spectateurs du Grand Stade de Marrakech en seront ravis.
 
 
La rencontre se jouera mercredi au Grand Stade de Marrakech à 19h30 au Maroc, 20h30 en France/Belgique/Suisse, et 14h30 à New-York/Montréal. Plusieurs chaînes diffuseront le match dont Fox Sport, et Al Jazeera Sport.
 
marocfootball.info

7
Askri, du tour du monde au toit du monde


Rien de tel qu'une belle performance en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA pour changer l'image que le monde se fait de vous-même. Pour Khalid Askri, le gardien de but du Raja de Casablanca, l'occasion s'est présentée à Maroc 2013. Il avait bien besoin en effet de changer une réputation basée avant tout sur deux bourdes impensables qui ont fait le tour du monde sur Internet...

Vous avez sûrement fait partie des millions d'internautes qui, en septembre 2010, ont valu à Askri de devenir célèbre comme le "gardien le plus malchanceux du monde", pour avoir dans un premier temps arrêté un penalty. Mais alors qu'il s'est déjà tourné vers ses supporters pour célébrer la parade, le ballon continue de rouler capricieusement du côté opposé pour finalement franchir la ligne. Cette erreur monumentale s'est traduite non seulement par l'élimination des FAR de Rabat, son club d'alors, de la Coupe du Maroc au profit du Maghreb de Fès, mais aussi par... plus de dix millions de vues pour la vidéo sur Internet !

Un malheur venant rarement seul, quelques semaines plus tard, Askri donne lieu à une deuxième vidéo qui a elle aussi fait le tour du monde virtuel. Sur un ballon en retrait, le gardien rate son contrôle du pied, ce qui donne le temps à un attaquant adverse de tacler, le ballon finissant une nouvelle fois sa course au fond des filets. Askri se révolte alors contre sa malchance en jetant son maillot au sol, avant de quitter le terrain de rage. Ses coéquipiers tenteront de l'en dissuader. En vain.

Des soutiens de poids
Très affecté par ce mois catastrophique, Askri demande alors à être transféré des FAR de Rabat. C'est à cette période qu'il reçoit de nombreux témoignages de solidarité de la part d'homologues au poste de gardien. "Finalement, ces vidéos m'ont fait connaître. Beaucoup de gardiens du monde entier m'ont apporté leur soutien, y compris Gianluigi Buffon", explique-t-il à FIFA.com après avoir livré une fantastique prestation contre le CF Monterrey. "J'espère qu'il a vu le match, car je pense que j'ai donné une autre image", ajoute le Marocain, qui profite de l'entretien pour remercier l'entraîneur des gardiens de Montpellier, Dominique Deplagne. "Il m'a énormément aidé pendant cette période."

Sur le point de fêter ses 30 ans, Askri a pourtant décidé de recommencer quasiment à zéro. Il rejoint d'abord le modeste Chabab Rif Al Hoceima, avant de signer au Raja en 2012. Un an plus tard, il est de nouveau présent sur la scène mondiale sous la forme d'un match époustouflant contre Monterrey, marqué par six arrêts décisifs, dont un un-contre-un remporté face à Neri Cardozo. Si ce dernier avait marqué, les Mexicains auraient pris un avantage sans doute définitif, qui aurait privé le Raja d'une demi-finale contre l'Atlético Mineiro.

"De par notre style de jeu, basé sur la possession et la domination, nos adversaires n'attaquent pas trop en général. Mais cette fois, ils ont eu pas mal d'occasions et ça m'a permis de démontrer que j'étais un bon gardien, que j'étais capable de faire des parades", poursuit Askri, élu homme du match contre les Rayados et qui a quitté la pelouse du stade d'Agadir devant des supporters en liesse.

Enfin à sa place
"C'est un rêve qui est en train de se réaliser", assure-t-il. "Nous voulions faire passer une autre image du football marocain, pas seulement du Raja. Ça fait très longtemps que ce pays n'a pas obtenu de bons résultats et que les supporters n'ont plus l'occasion de vibrer comme ça. Maintenant, nous n'avons plus rien à perdre. Nous voulons aller en finale. Jouer contre une équipe qui possède Ronaldinho dans ses rangs est un rêve pour nous."

Le rêve du Raja est également une réalisation personnelle pour Askri. Après avoir connu des moments compliqués dans le passé, il vit des jours meilleurs dans le club de son cœur. Il avait d'ailleurs eu du mal à cacher cette passion lorsqu'il défendait les couleurs des FAR de Rabat. Sa ferveur pour le Raja date de 2000, lorsque le club de Casablanca avait disputé au Brésil sa première Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

"Je me souviens avoir regardé ce tournoi la télévision. Le Raja avait une équipe forte, de très bon niveau. C'est là que j'ai commencé à aimer ce club", raconte le gardien marocain, qui attend toujours sa première sélection après avoir pris place sur le banc lors de la CAN 2013. "Ça m'a posé des problèmes plus tard, quand j'ai évolué aux FAR, mais ça prouve à quel point j'aime ce club", affirme le gardien en rigolant. "Nous étions tous très fiers de la performance du Raja contre le Real Madrid, même si ça s'est soldé par une défaite (2:3). J'espère que nous arriverons à faire pareil."

Pour que la rédemption soit complète, ce seraient alors probablement les vidéos de ses exploits qui feraient le tour du monde sur Internet.

fifa.com

8
Notícias do Galo

Atlético enfrentará o Raja Casablanca na semifinal do Mundial de Clubes
O Atlético enfrentará o Raja Casablanca, campeão marroquino, na semifinal do Mundial de Clubes da FIFA. A partida será disputada às 17h30 (Hora de Brasília) da próxima quarta-feira, no Le Grand Stade de Marrakech, em Marrocos.

A equipe local se classificou ao derrotar o Monterrey por 2 a 1, com um gol na prorrogação, depois do empate por 1 a 1 no tempo normal.

O técnico Cuca comentou a classificação da equipe marroquina.

“Foi uma surpresa para todos. Imaginava-se que o Monterrey, pela escola mexicana, pela tradição em Mundiais, iria passar. O Raja é um time que joga na base da velocidade e mereceu ganhar. Eles puseram 40 mil no outro jogo, mais 40 agora, é o país contra o Atlético. A nossa torcida também está vindo e a gente tem que se sentir em casa também”, comentou o treinador.

A outra semifinal, que acontecerá na terça-feira, em Agadir, será entre Bayern de Munique e Guangzhou Evergrande.

atletico.com.br :nser

9
CF Monterrey: Cruz voit plus loin que le Raja .


Pour la troisième participation des Mexicains de CF Monterrey en Coupe du Monde des Clubs, l’entraîneur de l’équipe José Guadalupe Cruz ne semble pas prendre en considération le Raja de Casablanca, adversaire des siens en quart de finale de la compétition, et rêve déjà d’atteindre la finale.

Aggrandir  la taille du texte  Réduire la taille du texte
Interviewé par le site de la FIFA, le coach mexicain a exprimé son souhait de jouer la finale et de retrouver Guardiola qu’il a déjà rencontré en 2009 à l'époque où ils dirigeaient respectivement, CF Atlante et FC Barcelone.

« Barcelone touchait beaucoup plus le ballon et les joueurs étaient sans arrêt en mouvement, avec ou sans la balle. Munich sera l'équipe à battre, même s'il faut reconnaître que l'Atlético Mineiro, que nous pourrions affronter en demi-finale, est un autre gros morceau et l'une des meilleures équipes au Brésil", a-t-il confié.

Et concernant ses ambitions pour cette édition Maroc 2013, le coach mexicain a estimé que ce sera un défi très important pour lui et son équipe en tant que représentant de l’Amérique du Nord mais qu'ils sont conscients de l'enjeu.

"Je suis très impatient, plus que la dernière fois à vrai dire. Nous sommes conscients de l'importance prise par ce Mondial des clubs. C'est un tournoi que tout le monde veut gagner. Pour moi, c'est un défi très important, avec une équipe différente. Nous sommes très heureux d'y être et nous connaissons parfaitement nos responsabilités : nous allons représenter non seulement Monterrey, mais également la CONCACAF et le Mexique", a-t-il dit.

Rappelons que le Raja de Casablanca et CF Monterrey s’affronteront, en quart de finale de la compétition, ce samedi 14 décembre 2013, à Agadir. Le coup d’envoi de cette rencontre sera donné à 19h30 GMT .


mountakhab.net

10
Guehi, guide tranquille



Le capitaine Mohsine Moutaouali a été le principal animateur d'un Raja de Casablanca qui, si il n'a pas exactement régalé les spectateurs du stade d'Agadir, s'est quand même créé les meilleures occasions face à Auckland City en match d'ouverture de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2013.

Mais après l'égalisation néo-zélandaise devant une défense marocaine bien passive, outre des qualités dans l'animation du jeu, il a fallu beaucoup de calme aux Marocains. C'est exactement ce que Kouko Guehi a apporté. "Deuxième capitaine de l'équipe", comme il le soulignait lui-même au micro de FIFA.com après la rencontre, le milieu de 30 ans a joué un rôle prépondérant pour essayer de calmer ses partenaires après l'égalisation inattendue des champions d'Océanie.

Depuis quatre ans qu'il évolue à Casablanca, Guehi a eu le temps de s'habituer à ce rôle de guide sur le champ de jeu. "Je suis l'un des joueurs les plus expérimentés de cette équipe et en plus, j'évolue dans l'entrejeu. Ça fait donc partie de mon rôle. Je dois motiver l'équipe, être un leader", explique Guehi. "C'est ce que j'ai fait aujourd'hui. Après leur égalisation sur un but complètement stupide, nous devions relever la tête le plus vite possible. C'est là que j'ai beaucoup parlé, pour que tout le monde retrouve le calme. Je savais que nous allions marquer. Nous n'avons pas baissé les bras. Nous avons continué à pratiquer notre jeu, à nous créer des occasions et à faire circuler le ballon."

À partir de la 20ème minute de la deuxième période, Guehi a revêtu le costume de l'homme exemplaire, non seulement en enjoignant ses partenaires de garder la tête froide, mais aussi en récupérant le ballon le plus tôt possible et en distribuant à destination de Moutaouali et des latéraux. Le tout avec force et tranquillité. "Pour être milieu défensif, il faut être calme et rechercher les espaces", explique-t-il. "Ça ne servait à rien d'envoyer des longs ballons, car ils sont imposants physiquement et nos attaquants sont plus petits qu'eux. L'idée était d'évoluer en passes courtes, avec précision. C'est exactement comme ça que nous avons réussi à marquer. C'est le jeu du Raja et c'est mon rôle dans ce système."

Gagneur
Conscient de son importance pour le Raja, ce que confirment ses chiffres depuis son arrivée, Guehi analyse avec une grande lucidité sa performance. Quasiment toujours titulaire et jamais remplacé, il répond toujours présent dans les matches décisifs. Il a été l'un des rouages essentiels de l'équipe championne du Maroc en 2011 et 2013 et vainqueur de la Coupe du Maroc en 2012.

"Depuis quatre ans et demi, je joue quasiment toujours les 90 minutes de chaque match de mon équipe", confirme l'Ivoirien. "Quand vous jouez autant, il n'est pas forcément facile de hausser le rythme. Ça demande de l'énergie. C'est pourquoi je peux dire que je suis satisfait de ce que je suis en train de réussir, de ma carrière. C'est une belle trajectoire. Certes, je ne suis pas en Europe et le championnat marocain n'est pas le meilleur du monde, mais je fais tout mon possible pour continuer d'évoluer. J'ai déjà été appelé en sélection ivoirienne et j'aimerais l'être encore."

Même si cette expérience remonte à il y a plus de dix ans, lorsque Guehi avait été appelé en sélection U-17, il continue d'y croire. Yaya Touré et Emmanuel Eboué, tous les deux de la même génération que lui, font partie de ses amis. "Quand ils viennent à Abidjan, on passe toujours un moment ensemble. Nous avons des amis communs en sélection, comme Max Gradel. Ils me disent toujours de continuer à travailler", explique-t-il avec un grand sourire. "Ils sont venus à Casablanca pour le match contre le Sénégal, en éliminatoires. J'ai eu l'occasion de parler avec Sabri Lamouchi, le sélectionneur. Je suis confiant. Je pense que mon heure viendra."

Pour cela, rien de mieux que de prendre part à une Coupe du Monde des Clubs avec un quart de finale à venir contre Monterrey qui pourrait constituer une autre étape importante dans la carrière de Guehi. "Eboué m'a appelé pour me dire qu'il allait regarder le match", assure-t-il, sourire aux lèvres. "C'est l'idéal pour moi de jouer des matches importants comme ça. C'est comme ça que je pourrai progresser. "Commencer par une victoire nous donne le moral, même si nous savons que Monterrey représentera un défi bien plus grand. Nous allons devoir être concentrés et sereins si nous voulons réussir un résultat."

Sérénité et tranquillité, les mots d'ordre de Guehi.

fr.fifa.com

11
L'expérience contre l'effervescence



En s'imposant sur le fil lors du match qui l'opposait à Auckland City FC, le Raja de Casablanca s'est qualifié pour le tour suivant de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013. Face aux Néo-Zélandais, la Vox Populi de Faouzi Benzarti n'a toutefois pas été très convaincante. En quart de finale, c'est un adversaire d'un tout autre calibre qui l'attend. Les Mexicains nourrissent de grandes ambitions pour faire aussi bien que l'année passée, voire mieux. Le vainqueur de la confrontation devra se mesurer au Clube Atlético Mineiro.

L'affiche
Raja de Casablanca - CF Monterrey, stade d'Agadir, samedi 14 décembre, 19h30 (heure locale)

Faouzi Benzarti a fait sa première apparition en tant qu'entraîneur du Raja lors du match de barrage, ce qui s'est ressenti par moments. Il lui reste encore un peu de travail pour faire passer son message à l'ensemble de ses joueurs. C'est la raison pour laquelle les Marocains ont parfois connu des difficultés. Ce n'est qu'à l'issue de la deuxième minute des arrêts de jeu qu'Abdelilah Hafidi a trouvé le chemin des filets et délivré les nombreux spectateurs. L'ambiance dans les tribunes était cependant exceptionnelle bien avant le but de la victoire. Après avoir encouragé leurs joueurs en chantant pendant 90 minutes, les fans du Raja comptent parmi les principaux atouts de leur équipe contre Monterrey.  En cas de victoire, la Vox Populi atteindrait les demi-finales de la Coupe du Monde des Clubs pour la première fois de son histoire.

C'est la troisième fois d'affilée que les Mexicains participent à la Coupe du Monde des Clubs. Cinquièmes en 2011 et troisièmes en 2012, les vainqueurs de la Ligue des champions de la CONCACAF visent encore plus haut. Guadalupe Cruz, à la tête de l'équipe depuis août, rêve de gagner son premier titre sous ses nouvelles couleurs. Le fait de ne plus avoir disputé de rencontre officielle depuis le 9 novembre pourrait cependant constituer un désavantage pour Monterrey. Incapables de se qualifier pour les quarts de finale du tournoi d'ouverture, les Rayados ont achevé leur saison prématurément.

La stat
4 - Le Raja de Casablanca a savouré sa première victoire en Coupe du Monde des Clubs, après quatre tentatives. Sa première participation en 2000 s'était soldée par trois défaites contre les Corinthians (0:2), Al-Nassr (3:4) et le Real Madrid (2:3). En cinq sorties dans cette compétition, Monterrey totalises trois succès et deux revers. Deux de ses trois victoires ont été acquises contre des formations africaines, l'Espérance et Al Ahly.

Entendu...
"Ce n'est que le début. Nous essayons d'améliorer un certain nombre de choses. C'est là toute ma mission. Les Mexicains sont bien organisés et jouent bien au ballon. Nous allons analyser les forces et les faiblesses de nos adversaires, mais une chose est sûre : nous voulons faire le jeu, tout en restant attentifs en défense." - Faouzi Benzarti, entraîneur du Raja de Casablanca

"Les expériences acquises au cours des derniers tournois forment la base de notre avenir. Nous savons que nous prenons part à une compétition et à un duel de haut niveau. Nous disposons de 90 minutes pendant lesquelles la moindre faute de concentration peut être synonyme d'élimination. Ici, les matches demandent une grande concentration et sont très intenses." - José Maria Basanta, capitaine du CF Monterrey

fr.fifa.com

12
Coupe du monde des clubs Maroc-2013: Le Raja Casablanca bat Auckland City en ouverture


Le Raja Casablanca, champion en titre du Maroc, a battu le club néo-zélandais d'Auckland City, champion d'Océanie, par 2 buts à 1.

Le Raja Casablanca, champion en titre du Maroc, a battu le club néo-zélandais d'Auckland City, champion d'Océanie, par 2 buts à 1, mercredi soir au Grand stade d'Agadir en match d'ouverture de la 10e édition.

Les hommes du Tunisien Faouzi Benzarti se sont imposés grâce aux réalisations de Mouhcine Yajour (39e) et Abdelilah Hafidi (90+2). L"unique but des visiteurs a été l'œuvre de Row Krishna (63e). En quarts de finale, le Raja de Casablanca jouera, samedi prochain à Agadir, face à Monterrey, champion Concacaf.

lavieeco.com

13
City in Agadir heartache



Agadir, MOROCCO - Auckland City FC bowed out of the FIFA Club World Cup in heartbreaking circumstances after Raja Casablanca won 2-1 thanks to a late Abdelilah Hafidi goal in Agadir.

Coach Ramon Tribulietx was disconsolate at the final whistle and many of his players could not contain their emotion breaking down in tears.

"We were on the wrong side of the game. They had more possession and we obviously expected that before the match.

"We had our chances we put in a fantastic effort and I'm really proud of our boys.We lost but I think we went very close," he said.

Raja Casablanca had the first chance in the seventh minute of the match when skipper Mohsine Moutaouali crossed from the right to the far post where Adil Karrouchy volleyed his shot over the bar from close range.

The home side came close in the 22nd minute when Moutaouali threaded a beautiful through ball to Mouhssine Iajour who was denied by Auckland goalkeeper Tamati Williams inside the box, who saved with his leg.

Auckland were able to break in the 29th minute when Roy Krishna had his shot blocked. The plucky New Zealand side then had a decent shout for a penalty kick turned down after midfielder Cristobal wriggled free only to be clipped on his way through.

Raja recovered quickly and took the lead when Karrouchy found Iajour in the box who slotted his left-foot shot into the far corner past Williams six minutes before halftime.

The hosts nearly doubled their lead on 52 minutes when Moutaouali curled a shot from the left edge of the box only to be denied by the post.

The 34,000 crowd were left in stunned silence when Fijian international Roy Krishna capitalised on a defensive error by Mohamed Oulhaj and Ismail Benlamalem, allowing the speedy front man to slot home the equaliser on 63 minutes.

Defender John Irving kept Auckland City in the match when with 13 minutes left he dramatically blocked a Kuoko Guehi shot.

The match was headed for extra time when Williams palmed away an Oulhaj header only as far as Hafidi who slotted home the rebound to break Auckland City hearts and send the stadium into a state of delirium.

Tribulietx remained upbeat in his overall assessment of the match.

"I think we've done fine in the sense that we adapted. It's difficult for people to understand the difference between the level of football we play at in New Zealand and the atmosphere we played in tonight.

"We've done reasonably well we've shown we're capable of competing at this level and we could've got a better result had things gone our way," he said.

The Moroccans will now face CF Monterrey in the quarter-finals in Agadir on 14 December.

 aucklandcityfc.com

14


Underdogs Auckland City have suffered late heartbreak to go down 2-1 to Raja Casablanca in the opening match of soccer's Club World Cup in Morocco.

Raja grabbed the winner in second-half stoppage time, Abdelilah Hafidi rifling home after keeper Tamati Williams had parried away a header with a point-blank save.

It was a cruel ending for the Aucklanders, who put up a spirited display, especially in the second half, when a cool finish by striker Roy Krishna from a defensive mix-up pulled them level.

They now exit the tournament, while Raja go on to face Mexico's Monterrey for a place in the semi-finals.

The only part-timers among the seven clubs in the event, Auckland City made a confident start in Agadir.

But it was Raja who began carving out the more dangerous openings, with Adil Karrouchy volleying wide from close range in the seventh minute.

Midway through the first half, Mouhssine Iajour found himself one-on-one with Williams, who stuck out a leg to deny him.

Raja skipper Mohsine Moutaouali was a regular threat down the right, but it was from the other side of the pitch that the home side broke the deadlock in the 39th minute.

A slick pass found Iajour in space in the penalty box and he slipped the ball into the net.

Raja almost went 2-0 up early in the second spell, when Moutaouali struck a post with a shot.

But to Auckland City's credit, they didn't drop their heads.

Midfielder Chris Bale came close, putting his shot from a Cristobal Marquez corner just wide, before the lively Krishna equalised in the 63rd minute.

Krishna had no teammates up with him when he received the ball in opposition territory.

However the three defenders around him got in each other's way and the Fijian raced away to slide the ball past keeper Khalid Askri.

Raja chased the winner but they found it difficult to get past a stubborn defence marshalled by veteran Ivan Vicelich.

Just as it looked like extra time would be needed, Karrouchy crossed the ball into the box, Williams pushed out Mohamed Oulhaj's diving header, but Hafiji made no mistake with the rebound.


3news.co.nz

Dajja f new-zeland , THIS IS RAJA DE MUNDO YA HABIBI  :bndr :yaho :yaho :D :D :bien :bndr :$ :love

15

Football: Auckland City FC go down in injury time !

Utter heartbreak for Auckland City FC in their quarter-final qualifier at football's Club World Cup in Morocco.

They've been sent packing 2-1 by local side Raja Casablanca, conceding a goal in the second minute of added time.

Roy Krishna equalised for Auckland City in the 64th minute after they went behind late in the first half.

Raja Casablanca now goes on to meet Mexican champions Monterrey in the next round.

radiosport.co.nz


Derna lihom al-alaaam :D :D

16
Auckland City go down fighting in Morocco !

Raja Casablanca, representing host nation Morocco, needed a stoppage-time goal from Abdelilah Hafidi to beat part-timers Auckland City 2-1 in the preliminary round match at the Club World Cup this morning (NZT).

The game was heading for extra time until Mohamed Oulhaj's header was saved by Tamati Williams and fell to the feet of Hafidi who tapped in the rebound to send the Agadir Stadium into delirium.

Raja, who fired coach Mohamed Fakhir and replaced him with Tunisian Faouzi Benzarti last week, qualified as the champions of the host nation while Auckland were representing the Oceania confederation.

The home team went ahead when Mouhssine Iajour slotted a left-foot shot into the far corner six minutes before halftime.

Mohsine Moutaouali curled a shot against the post early in the second half before a defensive blunder allowed Auckland to grab a shock equaliser and silenced the stadium just after the hour.

Two Raja defenders collided, leaving Fijian Roy Krishna an easy chance to score the equaliser past Khalid Askri.



Hafidi spared Raja's blushes with his last-gasp goal to set up a quarter-final tie against Mexican side Monterrey, the champions of CONCACAF, on Saturday.

The winners go on to meet South American champions Atletico Mineiro, who have a bye to the semi-final. European champions Bayern Munich, who also have a bye to the semis, are runaway favourites to win the tournament.


stuff.co.nz

17
Le Raja Casablanca élimine Auckland City
Dans le barrage du Mondial des clubs, c'est le Raja Casablanca qui s'est qualifié face à Auckland City (2-1). Ils rejoignent les Mexicains de Monterrey en quart.
Mouhssine Yajour du Raja Casablanca célèbre son but face à Auckland avec ses coéquipiers (Reuters)
Mouhssine Yajour du Raja Casablanca célèbre son but face à Auckland avec ses coéquipiers (Reuters)


Le stade d'Adrar a patienté avant d'exulter. Alors que le Raja Casablanca, qualifié en tant que champion du pays hôte (le Maroc), faisait match nul face aux Néo-zélandais, un but d'Abdelilah Hafadi a offert la qualification aux Marocains (91e). Le jeune milieu de 21 ans, formé au club, permet à son club d'aller défier en quart de finale le club Mexicain de Monterrey.
L'incroyable erreur du Raja

Tout avait bien commencé pour les joueurs du Raja, dominant outrageusement la première période, ponctuée par l'ouverture du score de Yajour (39e). Mais Auckland City, vainqueur de la Ligue des champions d'Océanie, s'est repris après la pause. Alors que les Néo-Zélandais étaient muselés, une erreur défensive du Raja a pu les remettre dans la partie lorsque deux défenseurs marocains se sont rentrés dedans, laissant le champs libre à Roy Krishna pour égaliser (62e). Une erreur compensée par ce but en fin de match, qui permet au Raja de rêver.

lequipe.fr

18
Raja de Casablanca-Auckland City, ce soir ou jamais


Raja de Casablanca-Auckland City, ce soir ou jamais
L’équipe du Raja tentera de redorer son blason après ses récents déboires en Botola. (Photo FIFA)
Au moment où les phases de poule de ligue des champions touchent à leur fin ce mercredi 11 décembre, la coupe du monde des clubs 2013 démarre à Agadir (19h30), avec comme match d’ouverture le Raja et Auckland City.

 

La compétition qui regroupe les équipes championnes de football des différentes confédérations démarre en douceur par un barrage entre les équipes les moins cotées, à savoir les Verts, champions du Maroc en titre et les Néo-zélandais, champions d'Océanie. Les deux clubs vont tout faire pour s'imposer et prolonger l'aventure, alors que le Bayern de Munich est sans conteste le grand favori de cette 10ème édition.

Emmenée par son nouvel entraîneur, Faouzi Benzarti, l’équipe du Raja tentera de redorer son blason après ses récents déboires en Botola, à l’origine du départ de son ancien coach Mohamed Fakhir. Rester dans la compétition permettra au Raja de briller davantage sur la scène footballistique mondiale, ce qui redonnera confiance au club marocain le plus titré sur le plan international.

Pour ce faire, le Raja doit d’abord battre Auckland City, club fondé en 2004 qui rapidement est devenu un club phare du pays et du continent océanique, en remportant à cinq reprises la ligue des champions de l’OFC et quatre championnats de Nouvelle-Zélande. Au tour suivant, le vainqueur affrontera samedi les Mexicains de Monterrey.

La statistique du jour

Les clubs Casaoui et néo-zélandais totalisent six participations dans le mondial des clubs, mais seulement deux victoires en dix matches. Ces deux succès remontent à l'édition 2009. À l'époque, Auckland City avait créé la surprise en se hissant à la cinquième place. En 2000, les Verts avaient perdu leurs trois matches. Une statistique peu reluisante pour le Raja.

Le Bayern, grand favori

Les choses sérieuses démarreront avec l’entrée en lice des prétendants européens et sud-américains, le Bayern Munich et l’Atletico Mineiro, les 17 et 18 décembre pour les demi-finales.

La machine bavaroise qui compte parmi ses cadres Franck Ribery, aura à cœur de gagner un cinquième titre en 2013 après son quadruplé historique (C1, la Bundesliga, la Coupe d’Allemagne et la Supercoupe d’Europe).

L’autre prétendant, le club brésilien Mineiro, pourra compter sur la présence de l’ancien ballon d’or Ronaldinho.

A noter que les compositions du Raja et d’Auckland seront dévoilées dans l’après-midi.

medias24.com

19
Mondial des clubs - Raja Casablanca, renouer avec la gloire (MAGAZINE)


Par Guillaume KLEIN CASABLANCA (Maroc), 10 déc 2013 (AFP)

Le Raja Casablanca, invité au Mondial des clubs en tant que champion du Maroc, le pays hôte, veut renouer avec un passé faste qui l'avait vu disputer l'épreuve en 2000 et dominer le football africain.


Pour l'un des clubs les plus titrés du royaume, cette édition 2013 ne constitue pas une découverte. Mais les photos de l'unique participation du Raja à ce Mondial commencent sérieusement à jaunir: elles remontent à l'an 2000, au Brésil, pour la toute première édition. Depuis 13 ans, si le Raja a continué à briller sur le plan local, avec notamment cinq nouveaux titres de champion, les exploits se sont faits rares sur la scène internationale, avec une seule finale de Ligue des champions d'Afrique, en 2002. "La fin des années 90, c'était vraiment l'heure de gloire", se souvient Fadel Abdellaoui, un supporteur qui sera dans les gradins mercredi. A l'époque, après un premier succès en 1989, le Raja remporte deux autres Ligues des champions, en 1997 et 1999. Dans la foulée, il dispute donc le premier Mondial des clubs, avec une défaite étriquée (3-2) face au Real Madrid. Cette période de gloire a oeuvré à la popularité du Raja, y compris dans sa lutte fratricide avec le Wydad Casablanca, la formation la plus titrée au niveau national. "Tout mordu de foot casablancais a dû faire un choix un jour, (...) et le Raja a engrangé dans les années 90", dit Youssef Chani, journaliste sportif qui suit le club "casaoui", lequel évolue actuellement devant 15.000 à 20.000 spectateurs de moyenne, dans son vieux stade Mohammed-V. Ils seront sans doute encore plus nombreux mercredi dans la nouvelle enceinte d'Agadir (40.000 places), pour le match face aux Néo-Zélandais d'Auckland City. En espérant effacer le cauchemar de la dernière grande sortie internationale du Raja, à l'été 2012, et ce cuisant 8-0 reçu du Barça de Messi en amical à Tanger.

"Il n'y a évidemment pas de promesse de gagner ce Mondial. L'unique objectif, c'est de remporter le premier match", affirme Fadel Abdellaoui. Les coéquipiers du milieu de terrain Mouhcine Moutoualli, un des joueurs cadres, "sont supérieurs techniquement et ont les moyens de passer", confirme Youssef Chani, même s'il relève qu'Auckland est "un habitué" du Mondial, avec cinq participations. Mais les Verts et Blancs, seulement 8e du championnat du Maroc 2013-2014, sont clairement à la peine actuellement. Le Raja s'est d'ailleurs séparé, il y a 10 jours à peine, de son entraîneur M'Hamed Fakhir, pourtant auteur du doublé coupe-championnat. C'est le technicien tunisien, Faouzi Benzarti, qui a débarqué, directement à Agadir. "Ca n'est pas la première fois que j'arrive dans une équipe qui traverse un moment difficile, et nous avons bon espoir de l'emporter" mercredi, a assuré Benzarti, un ancien de l'Espérance Tunis, lors de sa première conférence de presse. S'il passe l'obstacle néo-zélandais, le Raja rencontrera en quart de finale Monterrey (Mexique), le 14. Mais, au-delà de ces rencontres "de gala", "il y a un gros travail qui attend le nouvel entraîneur", prévient Jaafar Tahiri, le vice-président. "Il a cette phase de Mondial, pour s'imprégner du club, et ensuite ce sera à lui de déterminer la stratégie pour les objectifs futurs, notamment le championnat --que nous espérons toujours gagner-- et la ligue des champions", souligne-t-il.

lematin.ch

20

CDM des clubs: le Raja Casablanca et Auckland City ouvrent le bal   

C'est demain que s'ouvrira officiellement la Coupe du Monde des Clubs. La prestigieuse compétition, qui se jouera sur le sol marocain est programmée du 11 au 21 décembre. Un match de barrage opposant le Raja Casablanca, représentant local, aux néo-zélandais d'Auckland City, se jouera ce mercredi au Grand Stade d'Agadir.
 
Vainqueurs de la Ligue des Champions d'Océanie, les All Black, contraints de passer par un tour préliminaire contre le RCA, sont déterminés à accéder à la prochaine étape. Tribulietx assure que son équipe s'est bien préparée. Malgré les treize heures d'avion, et les douze heures de décalage horaire, ses joueurs se sentent prêts pour l'échéance. Ils ont pu effectuer le trajet en deux étapes. Une escale en Espagne leur aura permis de se reposer, et par la même occasion de se tester face à l'Espanyol Barcelone (défaite 1-0). L'entraîneur affirme que le jeu du Raja a été étudié par le groupe. Cela fait la troisième année consécutive que les néo-zélandais participent à la compétition (ils totalisent cinq participations). En 2011 et en 2012, ils n'ont pu passer le stade du barrage. Car au delà du niveau des formations, il y a une réelle volonté de l'équipe du pays organisateur de l'emporter. Jouer à domicile encourage à la combativité, et a toujours été un avantage. Le tour préliminaire est donc un dur challenge à relever.
 
De son côté, le Raja prépare tranquillement le match à Agadir, depuis une semaine. Malgré les derniers mauvais résultats, et le limogeage de Fakher, les marocains ont toute leur chance de l'emporter. Le tunisien Benzerty qui a repris les rênes du club, entend tant bien que mal s'imposer pour son premier match officiel avec les Verts et Blancs. La rencontre se jouera mercredi 11 décembre, à  19h30 heure locale (20h30 France/Belgique/Suisse, 14h30 New-York/Montréal).

marocfootball.info

Pages: [1] 2 3