DimaDimaRaja DimaDimaRaja

Shoutbox "DimaDimaRaja.Com"

Seuls les membres ayant un certain nombre de messages peuvent visualiser et participer à la shoutbox. Plus d'infos ici

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Sujets - smaika

Pages: [1]
1
Depuis un certain temps je trouve que nous développons une certaine manie de se focaliser sur des carences enregistrées au niveau de quelques postes dans notre équipe, en l'occurrence ceux de « Gardien de but, de Défenseur central et d'Attaquant de pointe ».

Cette propension à tirer la sonnette d'alarme concernant ces différents postes peut paraitre justifiée de prime abord puisqu'elle émane en premier lieu de notre soif de voir notre équipe réussir  dans sa nouvelle aventure africaine. Toutefois, ne serait il pas exagéré de notre part de donner tant d'importance à ce point.

Certains vont dire que ce n'est pas le cas, que gouverner c'est prévoir et qu'il ne faut rien laisser au hasard si on espère gouter au sacre africain.

En ce qui me concerne, je crois que le fait de vouloir résoudre ces carences dans l'immédiat et surtout avec des solutions faciles et impulsives ne saurait être une panacée et ne conduirait pas systématiquement à la réalisation des résultats escomptés.

Je dirais même (d'une façon caricaturale) que cette méthode d'agir finirait par tuer cette fameuse « baraka » qui avait toujours accompagné notre équipe qui commençait souvent ses compétitions africaines avec des effectifs qui laissent à désirer dans pas mal de postes et qui finissait à la fin de la compétition à la tête du podium.

Je vais essayer d'étayer mon analyse par des exemples de nos trois Champion’s Leagues :

En 89, un certain « SOUIEB » (le Défenseur) n'était pas titulaire au début de la compétition et il l'a fini avec beauté ; la même chose pour feu « HASSAN » (le Gardien) qui n'était que second de « AIT SALEH », à l'époque on n’avait pas de vrais attaquants de pointe, « OULD MOU » était ailier et c'était le buteur de l'équipe.

En 97 Le grand « CHADLI » n'était pas titulaire au début de la compétition, et en final il s'est érigé en star incontestable. « BELMAMOUN », n'était pas une lumière mais il attirait son épingle du jeu en finale et la aussi on ne disposait pas d'un vrai attaquant de pointe, « NAZIR » aussi était ailier gauche et c'est lui qui a marqué les buts décisifs.

Enfin en 1999, « KHOUBACH » l'ex attaquant était la révélation de notre défense. En finale « JRINDOU » évolua en défense alors qu'il a débuté en tant que milieu de terrain, le poste d'arrière droit a été attribué à un attaquant qui a bien rempli sa mission, reste à rappeler qu'en cette année également, on ne disposait pas d'un vrai attaquant de pointe et qu'on allait recruter « ACHAMI » pour la participation en coupe du monde.

Moralité: La CL est une longue compétition qui peut connaitre pendant son déroulement l'éclosion de plusieurs talents au moment ou on ne les attend pas ! (Ils peuvent avoir le nom d'un « JERMOUNI » ou bien d'un « EL MAHDOUFI » ou bien d'un « ABOUCHAROUANE »). Pour gagner la coupe d'Afrique il faut seulement avoir la foi en son équipe, avoir des hommes qui ne perdent jamais la confiance dans la « baraka » et la singularité de notre chère khadra. Gagner la CL c'est avant tout un état d'esprit. DIMA RAJA !

Pages: [1]